Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

'Ancien Lieutenant-Général Criminel au Bailliage de

Rouen, Secrétaire perpétuel honoraire de l'Académie
des sciences, belles-lettres et arts de la même ville
Membre de l'Académie des belles - lettres et arts de
Caen, etc.

[ocr errors]

PARIS,
TILLIARD FRÈRES, Libraires, rue Haute-

feuille, no. 22.

Août 1811.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

AVERTISSEMENT. M. J. B. G. HAILLET DE Couronne, né avec un goût décidé pour l'étude, avait commencé, dès l'âge de douze ans, à se former une petite bibliothèque;augmentée successivement pendant le cours de soixante-dix années, elle s'est élevée au nombre de 48,000 volumes.

On regrettera, en parcourant ce Catalogue, les pertes qu'a éprouvées cette Collection. Dans un incendie, arrivé il y a quelques années au château de Couronne, plus de 16,000 volumes furent la proie des flammes. Depuis encore, divers évènemens et des réserves de famille ont décomplété l'ensemble d'après lequel nous avions disposé et classé nos divi, sions, croyant, dans le principe, que rien n'en serait distrait. Notre vénération particulière pour M. de Couronne nous imposait la loi d'ériger ce monument à la mémoire du littérateur qui nous honorait de son amitié; et, dans un commerce aussi doux qu'instructif, nous faisait si libéralement participer à ses immenses recherches bibliographiques. Le Catalogue de la Bibliothèque d'un homme de lettres est son dernier éloge; et celui-ci, malgré les nombreuses lacunes survenues, sur-tout dans la littérature, les dramatiques francais, et l'histoire moderne, etc., constate à-la-fois l'étendue, le choix et la variété des connaissances de M. de Couronne.

Ce qui reste de cette belle collection, présente encore un résultat de 28 à 30 mille volumes. Une grande partie n'a pas dû être inscrite, ayant été plus ou moins endommagée

393

par divers déplacemens et dans le transport de Rouen à Paris. Elle formera , dans le cours de la vente, divers lots à chaque vacation.

Notre Catalogue énonce environ 15,000 volumes ; nous nous sommes particulièrement attachés à rapprocher toutes les suites qui,aux yeux de l'homme instruit, présentent un véritable intérêt. . Parmi les différentes classes de cette bibliothèque, on distinguera sans doute la théologie, l'histoire naturelle, les antiquités et l'histoire littéraire, dans lesquelles on trouvera, outre plusieurs articles intéressans, une quantité de ces petits traités curieux et piquans qu'on rencontre si rarement dans les ventes.

Nous croyons devoir observer que la plupart des livres de M.de Couronne, ceux même d'une médiocre valeur, sont annotés, de sa main, chacun sur un feuillet séparé; ces notes indiquent les diverses éditions de l'ouvrage, le mérite de chacune d'elles, quelquefois même leur prix, le jugement des journaux du temps, et souvent les réflexions de l'annotateur.

Enfin, nous pensons pouvoir ajouter à l'in« térêt que présente cette collection, en apprenant aux curieux qu'elle sera vendue dans l'appartement occupé jadis par la célèbre madame de SÉVIGNÉ, hôtel de Carnavalet, rue Culture Ste-Catherine, no. 27, domicile du propriétaire. Ce fut peut-être l'habitation de ce séjour qui inspira à feu M. de Couronne l'idée de son traité sur les Epistolaires, et qui lui fit réunir, pour cet effet, une si nombreuse suite de cette espèce de polygraphes.

Sur feu M. J. B. G. HAILLET DE COURONNE,

ancien Lieutenant-Général criminel au bailliage de Rouen, Secrétaire perpétuel honoraire de l'Académie des sciences, belles - lettres et arts de la même ville Membre de l'Académie des belles-lettres et arts de Caen, etc.

EAN-BAPTISTE-GUILLAUME HAILLET DE COURONNE naquit à Rouen, le 15 avril 1728, d'une famille noble, et depuis long-temps distinguée dans la robe.

En 1746, au sortir du collége de Louis-leGrand, il entra au service en qualité de cornette, dans le régiment d'Harcourt-cavalerie.

Son goût décidé pour les armes, et le succès de ses premiers pas dans cette carrière donnaient de lui les plus belles espérances, mais des considérations de famille changèrent l'avenir brillant qui s'ouvrait à ses regards.

Son aïeul maternel, M. le Chapelain , était Procureur-Général au Parlement de Normandie; son aïeul paternel avait été LieutenantGénéral criminel au bailliage de Rouen ; son père, qui remplissait alors les mêmes fonctions, désira les lui transmettre, et lui fit quitter le service en 1756.

L'année suivante, M. Haillet de Couronne. obtint la charge de Lieutenant-Général criminel : il n'avait alors que vingt-neuf ans.

(1) Cette notice nous a été communiquée.

« PreviousContinue »