Page images
PDF
EPUB

Ainsi je vis un scélérat (86)
Chevaucher et piquer l'état;
Il eut beau faire plaie ou bosse ,
Il ne put émouvoir la rosse.

Fin du premier Chant.

THE ARGUMENT

OF THE SECOND CANTO.

The catalogue and character
Of th' enemies best men of war;
Whom, in a bold harangue, the Knight
Defies, and challenges to fight.
H' encounters Talgol, routs the Bear,
And takes the Fiddler prisoner,
Conveys him to enchanted castle,
There shuts him fast in wooden bastile.

THERE

HERE was an ancient sage philosopher,
That had read Alexander Ross over,
And swore the world, as he could

prove,
Was made of fighting and of love:
Just so romances are; for what else
Is in them all, but love and battles?
O'th' first of these w' have no great matter,
To treat of, but a world o'th' latter,
In which to do the injur'd right

SUJET

DU SECOND CHANT.

Le catalogue et caractère
Des ennemis, et gens

de

guerre, A qui, par un discours hardi, Le chevalier fait un défi : Charge Talgol, met l'ours en fuite : Il fait prisonnier, dans la suite, Le ménétrier aux abois , Et l'enferme en prison de bois. (87)

U. vieux philosophe très-sage,
Qui de Ross avait lu l'ouvrage, (88)
Soutient le monde et son contour,
Formé de combats et d'amour;
Comme les romans qu'on estime,
Qui ne sont qu'amour ou qu'escrime.
Nous vous dirons

peu

du premier, Mais aussi beaucoup du dernier, Et voulons, en bonne police, Même aux vaincus rendre justice;

We mean, in what concerns just fight.
Certes our authors are to blame,
For to make some well-sounding name
A pattern fit for modern knights
To copy out in frays and fights,
(Like those that a whole street do raze
To build a palace in the place, )
They never care how

others
They kill, without regard of mothers,
Or wives, or children, so they can
Make up some fierce dead-doing man,
Compos’d of many ingredient valours,
Just like the manhood of nine tailors.
So a wild Tartar, when he spies
A man that's handsome, valiant, wise,
If he can kill him, thinks t inherit
His wit, his beauty, and his spirit;
As if just so much he enjoy’d
As in another is destroy'd :
For when a giant's slain in fight,
And mow'd o'erthwart, or cleft downright,
It is a heavy case, no doubt,
A man should have his brains beat out
Because he's tall, and has large bones,
As men kill beavers for their stones.

many

Car l'auteur ne blame-t-on pas , Qui, pour faire un seul fier-à-bras, Et le proposer pour modèle Aux chevaliers, dans la querelle, Taille en pièces cruellement Ses ennemis, fussent-ils cent; ( Comme on rase toute une rue, (89) Pour mettre un palais plus en vue ) Sans nul égard pour leurs enfants, Femmes, ou mères, ou parents? Pourvu qu'il parvienne à décrire Un fendant, dont on puisse dire Qu'il a lui tout seul les valeurs De neuf ou dix garçons tailleurs. (90) Ainsi l'on conte des Tartares Que, quand quelqu'un de ces barbares Rencontre un homme, beau , bien fait, Vaillant et sage, enfin parfait, En l'égorgeant il croit se faire Tout ce qu'était son adversaire; Comme s'il devait hériter De ce qu'à l'autre il vient d'ôter. Quand un auteur me met en vue Un fier géant, et puis le tue , Il me semble qu'il a grand tort, De lui donner ainsi la mort; Car sa taille seule en est cause, Comme au castor c'est autre chose. (91)

« PreviousContinue »