Page images
PDF
EPUB
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic][subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

with a double row of flat ribbon bows, figuring epaulette on the shoulders. Similar bows hang from the extreme point of the corsage, as well as at regular in. tervals round the new Turban of Poni peian satin, the ends of which, fringed, are made to bang, one above, the other at the bottom of the turban, widening towards the side of the head.

FIGURE 11.—Evening Dress.—Tulle Dress, closefitting Hat corsage, mantilla figuring epaulettes, with a rose and bud on the extremity of each shoulder, edged round with a small double ruche, short eleeves, undulating fold, terminated by a small ribbon næud with long ends-a treble ruche down the front figuring tablier, with thin roses placed at regular intervals. Coiffure ornamented with small flowers.

FIGURE 11.-Evening DRESS.-Worked crape dress, corsage low cut, en pointe, with blond lace mantilla, short sleeves in double bouffans; white kid long gloves, trimmed at top with a ruche and two pendant endstwo rows of embroidery are placed on the brim, as well as down the front of the dress, which, with the work, figures tablier. A rich pearl ornament is placed in the hair, or bowed ornament on each side of the head, and over the side curls connected with a braid of the same across the forehead.

Crape HAT.-Elevated brim, small open shape, several long feathers, turned nearly over the front of the brim, ornament this hat.

First CAP And Back View.Gauze cap, puffed all round the front, and ornamented with a small garland on one side of the face.

Center TURBANS.—Blond turban, ornamented with a bird of paradise feather-satin turban of two different colours entwined together.

de deux rangées de neuds formant tablier : ces nauds se composaient de cinq coques de rubans de satin blanc formant une rosette, au milieu de laquelle brillait une fleur en pierres de toutes couleurs. Les draperies du corsage étaient retenues au millieu et sur le côté par des rosettes semblables à celles, qui ornaient le jupon. Sur la tête un turban en gaze blanche broché en or et orné d’un aigrette blanche.

Une robe en crêpe blanc rappelait encore ce genre de parure, étant ornée sur le côté d'une rangée de næuds de satin blanc, dont le millieu était séparé par une agrafe ovale en opale entourée d'émeraudes. Le corsage drapé était ornée sur le devant par quatre næuds semblables à ceux que nous venons de décrire. Les manches étaient composées de trois gros plis doubles en biais, et qui étaient pincés auprès de l'épaule par trois agrafes opale et émeraudes, tandis qu'ils s'élargissaient en formant éventail, et figurant ainsi une petite manche bouffante et soulevée qui laissait apercevoir dessous une seconde petite manche de crêpe collant sur le bras, et garnie au bord d'une blonde étroite et posée au plat. Sur la tête un petit chapeau castillan en velours vert, ornée d'une plume blanche sur la passe, et en dessous d'un bouquet de pierreries.

Une robe en gaze jonquille brochée en lilas et relevée d'un côté, un bas du jupon, par un bouquet de branches de lilas des Indes. Sur les épaules, des branches semblables qui retombaient sur les petites nanches et les séparaient comme en trois parties. Draperies devant le corsage, et derrière une double ruche de tulle-blonde qui entourait le dos et s'arrétait sur les épaules. Pour coiffure, un cordon de lilas traversant le front, et arrêté sur le côté

par deux boucles. Parmi toutes ces toilettes nous citerons comme ensenble simple et élégant le costume dont nous offrons le modèle dans la gravure d'aujourd'hui. La robe en velours plein vert émeraude était à corsage uni et manches courtes ; sur le corsage une mantille de blond tendue jusqu'à moitié des epaules, et garnie tout autour par une double garniture en blonde. Deux neuds de satin rose la fermaient sur le devant; le premier de ces nauds placé au haut de la mantille, n'avait que deux coques sans bout, et le second, placé au bas de la garniture, avait des bouts flottans jusqu'à la fin de la taille. Le petit bonnet était entouré d'une blonde formant des coques, et entre chaque coque une coque de ruban rose; au sommet bouquet de rose trémière s'élevait avec élégance. Gants blanc garnis de coques blanches.

Une femme très élégante avait une robe de velours vert émeraude ; devant, partaient du bas deux rangs montant en tablier de næuds de ruban de satin vert et de en blonde avec des surmanches de velours vert ornées d'un bouquet de marabouts. La coiffure élevée derrière, bandeaux devant ; dans les chevenx des marabouts, sur le front une magnifique plaque en eineraudes et diamans, une plaque pareille en haut du corsage drapé. Pour ceinture, une torsade d'or avec deux gros glands pareils, Le corsage était à pointe, sans garniture de blonde. Une robe de crêpe blanc à grand ourlet ; du bas de la jupe à droite, jusqu'à la ceinture à gauche, huit choux en ruban de satin couleur de rose, decoupés, placés à quelques pouces de distance; chou pareil à la place du bouquet au côté gauche, sur les manches courtes, au bas de la taille derrière rattachant la ceinture.

MODES DE PARIS ET DE LONDRES.

PUISEES AUX SOURCES LES PLUS AUTHENTIQUES.

COM PRENANT UN CHOIX D'EXTRAITS DBS JOURNAUX

DONT LES TITRES SUIVENT:

[ocr errors]

Le Follet, Courrier des Salons".." Le Petit Cour. rier des Dames".." La Mode"...“ Journal des Dames" &c. &c.

Modes.—Tout en ajoutant encore au luxe de toi. lettes d'hiver, déjà l'imagination se porte vers les nouveautés du printems, et l'on peut juger que les redingotes en jollies soieries, liserées de couleurs tran. chantes, seront très à la mode. L'automme dernier a vu paraître nombre de ces redingotes qui forment de charmans négligés, et cette fois nul doute que le goût n'en devienne tout-à-fait général. Le raffinement de recherche pour ces costumes consistera dans l'élégance des jupons, qui seront brodés, garnis volans, de dentelles, etc. etc. ; puis les élégances des collets, qui, par leurs broderies et garnitures, suffiront seuls à faire distinguer le bon goût et l'élégance d'une femme. La mousseline des Indes a surtout un type de supériorité qui n'échappe pas à l'æil exercé, et les dessins comportent aussi une distinction de genre et d'exécution qui assure la continuité de ce genre de luxe.

Les bals donnés cette semaine ont offert une telle fraicher de costumes, qu'il serait difficile de penser que l'on se trouve vers la fin du carnaval. Nous citerons quelques toilettes d'une élégance remarquable.

Une robe en velours grenat était ornée sur le devant

« PreviousContinue »