Page images
PDF
EPUB

SIGNATURES DES AUTEURS

DU SEPTIÈME VOLUME.

MM.

MM.

B-T. B-U.

A. BARANTE fils ( DE ).
A. B-T. BEUCHOT.
A-D. ARTAUD.
A-D-R. AMAR-DURIVIER.
A-G-R. AUGER.
A-s. AUGUIS.
B-BE.

BALBE.
B-E. f. BARANTE fils ( DE ).
B-G.

BOURGOING.
B-G-T. BOURGEAT.
B-1. BERNARDI.
B-1-R. BELLANGER.
B-P.

BEAUCHAMP ( Alphonse de ).
B-SE.

BERGASSE.
B-SS.

BOISSONADE.
Biot.

.

BEAULIEU.
C. CHAUMETON.
C-AU. CATTEAU.
C. G. CADET-GASSICOURT.
CHỮA. CHÉRON.
C. M. P. Pillet.
C-N.

CASTELLAN.
C-R. CLAVIER.
C. T_T. COQUEBERT BE Taizy.
CV-R. CUVIER.
D-G. DEPPING.
D. L. DELAULNATE.
D. L. C. LACOMBE (DE).
D-L-E. DELAMBRE.
D-M-T. DEMUSSET-PATHAY.
D. N-L. DE NOUAL-LAHOUSSAYE.
D-N L-E. DAUXION-LAVAISSE.
D-P-s. Do.Petit-THOUARS.
D_S. DESPORTES (BOSCHERON).
D -T. DURDENT.
E-D-D.EMERIC DAVID.

EYRIÈs.
F-E. • FiévéE.
GÉ. GINGUENÉ.
G-N. GUILLON.
G-R. GROSIER.

GUIZOT.

J.B.E—D. ESMÉNARD (J. B).
J-N. JOURDAIN.
L-IE. LASTÉTRIE.
L-LE. LACRETELLE.
L-P-E. LA PORTE ( Hippolyte de).
L. R-E. LA RENAUDIÈRE.
L-N.

LANDON.
L-S.

LANGLÈS.
L-S-E. LA SALLE.
L-T-L. Lally-TOLENDAL (DE).
L-V-E. LéYÊSQUE.
L-Y. L'Ecuy.
M-D. MICHAUD.
M-D j. Michaud jeune.
M-LE.

MENTELLE.
M-On.

MARRON.
N-L. NOEL.
P-E. Ponce.
P-R-L. Petit-RADEL.
Q-R-Y. QUATREMÈRE-Roissy.
R. G. ROQUEFORT , revu par M.

GINGUENÉ.
R-L.

ROSSEL ( DE ).
R-N.

Robin.
R-S. Raazis.
R-T. ROQUEFORT.
S-D.

SUARD.
S. D. S-Y.SILVESTRE-DE-SACY.
S-S. SENONES (DE).
S. SI. SIMONDE-SISMONDI.
S--Y. SAVARY.
S-I. SALABERRY ( DE ).
TD.

TABARAUD.
T-N.

Tochon.
U-1.

USTÉRI.
V. S-L. VINCENT-SAINT-LAURENT.

VILLENAVE.
V-Z.

Vannoz (Mme. DE).
W

WALKENAER.
W

Weiss.
X-s. Revu par M. SUARD.
Z. Anonyme.

V-V..

E-S.

-R.

G-T.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

UNIVERSELLE.

С CANACHUS, sculpteur grec, frère décorations de théâtre. Il suivit la d'Aristoclès ( Voy. ARISTOCLÈS), na- profession de son père, et montra quit à Sycione, et florisssait, suivant dans ce genre une bizarrerie de penPline, dans la 95. olympiade , 400 sées, une singularité et une prompans avant J.-C. Élève de Polyclète, titude d'exécution qui lui donnèrent il n'égala point ce maître célèbre, bientôt de la réputation. Il se déparce qu'il conserva toujours dans ses goûta de cette profession, et passa à ouvrages la roideur et l'âpreté du Rome, où il s'appliqua à étudier la style qu'on reprochait aux plus an- nature et à peindre des ruines anticiens sculpteurs. On pourrait conclure ques. Revenu à Venise, il composa d'un passage de Cicéron, que Cana- un grand nombre de Vues de cette chus avait adopté et conservait cette ville, qui sont très recherchées. Dans manière plutôt par systeme que par ses perspectives, le Canaletto se serimperfection. Les principaux ouvra

yait de la chambre obscure pour ce ges de Canachus , dont Pausanias qui regarde l'exactitude des lignes , et parle fréquemment, étaient la Statue avait soin de corriger les défauts qui d'Apollon Didyme, qu'il fit pour en résultaient quant à la teinte de l'air. les Milésiens; celle d'Apollon Ismé. Il est le premier qui ait appliqué à la nien, pour les Thebains; une Vénus peinture l'usage de cet instrument assise, en or et en ivoire; la Statue d'optique, en le bornant à ce qui de Bycellus , qui, le premier, montra peut être utile. Canaletto avait une aux jeunes gens l'art du pugilat; enfin, telle liberté de pinceau, que les

specune des trois muses dont il est fait tateurs peu instruits ne voyaient que mention dans une épigramme de l'An- la nature là où les connaisseurs rethologie, attribuée à Antipater ; les marquaient toute la profondeur de deux autres muses étaient d'Ageladas l'art. Le Musée a sis tableaux du Caet d'Aristocles. Canachus fit encore, naletto, tous d'un choix heureux et de concert avec Patrocle, trente-une d'une finesse exquise. Ceux qui restatues de brouze , qui furent érigées présentent le Palais ducal et la dans le temple de Delphes en l'hon- Place de St.- Marc à Venise offrent neur des chefs grecs vainqueurs des des effets admirables. On a publié Athéniens au combat d'Egos Potamos. d'après lui : Urbis Venetiarum pros

L-S-E. pectus celebriores, en trente-huit pl. CANALETTO (ANTOINE Canal, gravées par Autoine Vicentini, Vedit LE), peintre , naquit à Venise en nise, 1742, in-fol. Les principaux 1697, de Renard Canal, peintre en élèves du Canaletto sont Bernard Bel

2

humain

[ocr errors]
[ocr errors]

Jotto, son neveu, ct François Guardi. conservé parmi les bienfaiteurs de Ils ont imité les belles lignes droites l'humanité, pour avoir, le premier, des fabriques de leur maître; mais enseigné la chirurgie en français , et ils n'ont pas toujours eu son exacti- traduit dans cette langue plusieurs tude précise, et cette magie harmo- ouvrages latins, où ne pouvaient puinieuse qui n'appartient qu'au Cana- ser les élèves en chirurgie, alors trop letto. S'il est perinis de faire un re- peu instrụits. Ces ouvrages sont : 1. proche à cet artiste, il faut le blåmer Deux livres des simples de Galien d'avoir négligé une étude importante. savoir , le cinquième et le neuvièC'est souvent Tiepolo qui a composé me, Paris, 1555, in-16; II. le Lin les figures de ses tableaux; mais le vre de Galien, traitant du mouveCanaletto a dû peut-être à cette heu- ment des muscles ; III. l'Anatoreuse defiance de lui-même l'avan- mie du corps humain , écrite

par tage de se perfectionner dans le genre Galien, Lyon, 1583, 1541, in-8°.; qui lui était propre. Il est mort en IV. l'Anatomie du

corps 1768.

A-D. écrite par Jean Vasse, dit Vassæus, CANALS Y MARTI ( Juan Pa- Lyon, 1542; V. les Tables anatoBLO ), fils d'un fabricant d'indiennes miques dudit Vassæus ; VI. Comde Barcelonne, s'adonna à l'étude de mentaires et annotations sur le prol'histoire naturelle et de l'économie logue et chapitre singulier de Gui politique, et entreprit plusieurs voya- de Chauliac , Lyon, 1542 ; VII. ges pour acquérir de nouvelles con- Opuscules de divers auteurs médenaissances. Animé du désir de se ren- cins, Lyon, 1552, in-12; VIII. le dre utile à ses compatriotes, il travailla Guidon pour les barbiers et les chià encourager et à rétablir en Espagne rurgiens, Lyon, 1538, in-12;Paris, différentes branches d'agriculture et 1563 , in-8°.; 1571, in-12. Z. de commerce , et surtout celle de la CANAPLES ( LE SIRE DE ), servit garance. Ses travaux furent récom- avec distinction sous François Icr. et pensés par la place de directeur-géne- Henri II. En 1523, sous la conduite ral des teintures du royaume, que le du vieux La Trémouille, il contribua roi lui accorda en 1763. Il publia en à l'expulsion des Anglais de la Picar1789 un ouvrage sur la garance , die, sauva près de Corbie le sire de dans lequel il rapporte ce que Du- Créqui , son oncle, dont il était le hamel avait écrit sur ce sujet, et ce guidon, en le dégageant d'un gros qu'il avait appris par sa propre expé- d'ennemis; et, n'ayant gardé avec lui rience. On y trouve aussi les diverses que vingt gendarmes, il se défendit mesures et réglements que le gouver- dans un défilé coutre deux mille cinq nement espagnol avait adoptés pour cents chevaux, pour laisser au sire encourager la culture et l'emploi de de Créqui et à sa petite troupe le temps cette plante. Cet ouvrage a pour titre: de gagner Amiens; enfin, accablé par Coleccion de lo perteneciente al le nombre, il fut fait prisonnier avec Ramo de la Rubia o Granza en sept gendarines : le reste avait été tué. España, Madrid, in-4. L-IE. En 1526, lorsqu'une fusée termina si

CANAPE ( JEAN), selon La Croix singulièrement les jours du sire de du Maine, médecin de François Ie", Créqui, à Hesdin, en entrant par sa vers 1542, et lecteur des chirurgiens bouche et brûlant ses intestins, dide Lyon, mérite que son nom soit sent les historiens du temps, le sire

[ocr errors][ocr errors]

de Canaples, qui était à côté de son re. Il commença ses études à Giaveoncle , eut le visage brûlé et manqua no, et les acheva dans l'université de de perdre la vue. Nommé gouvernenr Turin, où il fut reçu docteur à l'âge de de Montreuil, il obtint en 1525 que le dix-huit ans. Il entra chez les oratoparlement de Paris sacrifiât six mois riens de la même ville. Aucune science de ses gages pour l'approvisionnement ne lui paraissait étrangère. Il était à de cette place. Il y fut assiégé l'an vingt-cinq ans l'admiration des savants 1537 par les Anglais , que comman- qui se réunissaient chez lui pour jouir dait Floris d'Egmond, comte de Bu- de ses entretiens. Ce fut surtout dans res. On avait retiré de Montreuil pres- l’éloquence de la chaire qu'il se distinque toutes les munitions, pour les met- gua; il improvisait tous ses discours. tre dans la place de Saint-Pol, que Victor-Amédée l'honora de son estime. le général anglais venait d'emporter; Canaveri établit, sous la protection de il avait fait passer au fil de l'épée Mme Victoire, sæur du roi, une maison toute la garnison, et menaçait du même pour les dames nobles qui désiraient sort celle que commandait Canaples. se retirer du monde, et fit les plus saCe guerrier n'avait avec lui que mille ges réglements pour cette institution, légionnaires et deux cents gentilshom- qui existe encore. Nommé à l'évêché mes de l'arrière-ban de Normandie; de Bielle en 1797, il fut sacré à Rome il manquait de munitions; cependant le 6 août. Sur l'invitation de Pie VII, il attendit, pour demander à capitu- il s'en démit, en 1804, à l'exemple de ler , qu’une partie des remparts fût tous les prélats du ci-devant Piémont; renversée par l'artillerie , et il obtint et, lors de la nouvelle organisation des des conditions honorables. En 1552, diocèses, il fut placé, le 1er février le sire de Canaples fut un des volon- 1805, sur le siège de Verceil, auquel taires qui, avec trois princes du se trouvait réuni l'évêché de Bielle. sang , les deux fils aînés du conné- Bientôt après, il fut nommé premier table Ame de Montmorenci, les La aumônier de Madame Mère, et memTremouille, les Mortemar, les Biron bre du conseil de la grande-aumôneet un grand nombre de gentilshom- rie. Il mourut dans son diocèse, le 13 mes français, vinrent se réunir au janvier 1811. Son oraison funèbre fut duc de Guise pour défendre la ville de prononcée à Bielle et à Verceil. On a Metz contre Charles-Quint, et il se de J.-B. Canaveri des Panegyriques distingua dans ce siege meinorable. imprimés , entre autres ceux de S. Jo- CANAPLES, mestre-de-camp du seph, et de S. Eusébe , évêque de Verrégiment des gardes, après la mort du ceil; plusieurs Lettres pastorales en maréchal de Créqui, son père, força, latin et en italien , sur l'obéissance l'an 1627, le duc de Buckingham, due aux souverains, etc.; mais l'ouqui avait débarqué dans l'île de Rhé vrage le plus considérable de ce prelat avec trois mille Anglais soutenus de est celui qui a pour titre : Notizia cinq cents Rochelois, à se rembarquer. compendiosa dei monasterj della Canaples n'avait avec lui que douze Trappa fondati dopo la rivoluzione cents hommes.

V-VE.

di Francia, Turin, 1794 , in-8°. CANAVERI ( JEAN - BAPTISTE ), L'auteur, dont le style est estimé, évêque de Verceil, naquit le 25 sep- laissé plusieurs manuscrits qu'on se tembre 1753 , à Borgomaro, où son propose , dit-on, de faire imprimer. père exerçait la première magistralu

V-VE.

а

« PreviousContinue »