Traité général des conifères: ou, Description de toutes les espèces et variétés aujourd'hui connues, avec leur synonymie, l'indication des procédés de culture et de multiplication qu'il convient de leur appliquer

Front Cover
Chez l'Auteur, 1855 - Conifers - 656 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 10 - ... et choses mémorables, trouvées en Grèce, Asie, Judée, Egypte, Arabie et autres pays estranges, rédigée en trois livres, PREMIÈRE EDITION, woodcuts and ornamental woodcut initials, yellow morocco, plain, ge sm.
Page 122 - ... principale, décrivent ensuite une courbe gracieuse et se replient encore à leur extrémité. De ces mômes rameaux pendent perpendiculairement d'autres branches secondaires, ce qui donne à l'ensemble l'aspect du Saule pleureur avec une plus grande élégance de formes. Quel pouvait être cet arbre? Il était évident pour moi qu'il appartenait à la famille des Conifères, mais qu'il était le plus beau et le plus distingué de sa famille. Je marchai, ou pour mieux dire, je courus à lui,...
Page 121 - Cltama-rops e.rreltui. port élégant, haut d'environ 60 pieds (anglais) [18 mètres], ayant une tige aussi droite et aussi élancée que le Pin de l'île de Norfolk, avec des branches retombant comme celles du Saule pleureur de Sainte-Hélène. Ces branches, qui parlent d'abord à peu près à angle droit de la tige principale, décrivent ensuite une courbe gracieuse et se replient encore à leur extrémité. De ces mômes rameaux pendent perpendiculairement...
Page 290 - Jusqu'à présent, les botanistes faisaient des pieux pèlerinages aux célèbres Cèdres du Liban, et moi aussi, j'avais été, il ya quinze ans, contempler avec un profond recueillement les dix ou douze troncs séculaires qui se dressent isolément sur cette montagne classique ; mais aujourd'hui, ils me paraissent bien mesquins devant les belles forêts que je viens de traverser et auprès desquelles ils ne figurent que comme nos Palmiers des serres chaudes comparés aux forêts de Palmiers sous...
Page 146 - T. distichum placés également dans le voisinage d'une rivière, et quoique moins gros que les précédents, ont des protubérances nombreuses : les unes formant dans l'eau et le long des rives une sorte de mur naturel; les autres, s'étendant à 6-8 met.
Page 121 - ... sang, produisaient dans le paysage un effet des plus pittoresques. Il en était de même d'un autre arbre qui présente une semblable transformation, une espèce d'Érable, nommée par les Chinois Fung-Gze. Ces deux arbres formaient une remarquable opposition de couleurs avec le vert foncé des Pins. Mais le plus bel arbre, sans aucun doute, que j'aie trouvé dans ce district est un Cyprès pleureur, que je n'avais vu dans aucune autre partie de l'empire chinois et qui même, je dois le dire,...
Page 149 - Camargue, ou dans les endroits les plus humides des Landes de bordeaux. Il suffirait de planter les arbres sur les bords des fossés ; l'on pourrait ainsi utiliser avantageusement des terrains qui, jusqu'à présent, sont restés à peu près improductifs. Comme arbre d'ornement, le T.
Page 528 - Barbeville à Tours, à un kilomètre du point de départ, l'un des chevaux s'affaissa subitement dans les traits. S'étant approché pour le dégager, il le vit expirer presque aussitôt, après s'être un peu débattu. Au même moment, la seconde jument, qui était attelée au timon, tomba comme foudroyée et mourut.
Page 528 - Barbeville, avec une voiture attelée de quatre juments. Arrivé à destination et n'ayant pas trouvé une écurie assez spacieuse, le charretier fut obligé d'attacher deux de ses juments dans un herbage voisin, auprès d'une plantation d'ifs; il leur donna du foin et alla décharger le cidre sans s'en occuper davantage. Après un intervalle de quatre heures, le charretier revint atteler ses chevaux, et, sur la route de Barbeville à Tours, à un kilomètre du point de départ, l'un des chevaux...
Page 422 - Cookii a un diamètre si peu proportionné à sa hauteur, que lorsque les hommes de l'équipage de Cook le découvrirent, en 1774, ils crurent voir dans ces arbres des colonnes de basalte ou de quelque autre produit volcanique. Les choses en demeurèrent là jusqu'en 1850, époque à laquelle H.

Bibliographic information